Danser une nouvelle histoire: je suis femme/Dancing a new story: I am a woman

Photo de ? (si vous savez, écrivez moi, merci 🙂 ). Citation de Rumi: « Laisse toi devenir une poésie vivante ».

Depuis le temps que j’en rêvais ça y est, cette année je me lance dans la danse orientale !!! Premier cours en début de semaine, petit groupe de femmes de différents âges, prof douce et dynamique à la fois, musique superbe ! Génial ! Je remue des fesses, des hanches et du buste avec plus ou moins d’assurance et souvent avec l’impression d’être tendue comme un string. Mais je suis heureuse d’être là et je m’amuse de mes maladresses. J’admire la prof, si belle, gracieuse et sensuelle dans cette danse si féminine…

Et puis soudain, une grosse vague d’émotions me prend et je me mords les lèvres pour retenir les larmes qui pointent déjà et ravaler la boule dans ma gorge. Moi aussi je veux pouvoir exprimer ma beauté et ma sensualité avec autant de grâce, de confiance et de simplicité, mais une peur profonde me retient. Des souvenirs qui m’ont glacée, vécus ou témoin, de mains baladeuses, de sifflements honteux, de commentaires obscènes et autres insultes, de regards salaces, et je ne parle même pas de l’image de la femme et de son corps véhiculée par les pubs, les films, les magazines etc. J’ai vite appris que dans cette société, pour qui beauté, sensualité, sexy, féminité… rime avec objet de marketing, objet sexuel ou salope, manipulatrice, sorcière et j’en passe, j’ai vite appris disais-je, qu’être femme pouvait être dangereux. Qu’il fallait que je sois belle mais pas trop, sensuelle et désirable mais pas trop, intelligente mais pas trop, avoir du caractère mais pas trop, être moi-même mais pas trop (et là aussi j’en passe). Et bien aujourd’hui j’en ai assez de vivre avec cette peur au ventre et cette frustration de ne pas oser être simplement moi (par peur encore une fois). Alors merde, merde à tous ces souvenirs. Et merci à la peur qui me rappelle à quel point j’ai envie de vivre ! Et pour moi vivre c’est aussi danser dans ce corps de femme, danser ma beauté, danser mes rêves, danser mes peurs, mes maladresses et mes erreurs, danser ma vie !

 

Fulfilling another dream of mine this year, by taking bellydancing lessons. It started this week, it’s a little group of women of all ages, the teacher is gentle and dynamic at the same time, and the music is gorgeous! Great! I shake and move my booty and my hips with more or less confidence, feeling quite tensed. But I am happy to be there and I laugh at my clumsiness. I admire the teacher, she is beautiful, graceful and sensual, and this dance is delightfully feminine…

Suddenly, a wave of heavy emotions arises, and I need to bite my lips to stop the tears, and swallow the big lump of emotions in my throat. I too want to express my beauty and sensuality with such grace and confidence and simplicity, but deep inside, fear is holding me back. Memories, some I experienced, some I witnessed, of hand-on-butt contacts, insults and obscene comments, dirty looks, and no need to mention how ads, films, magazines… treat and talk about women and their body. In this society beauty, sensuality, feminity… equal marketing object, sexual object, bitch, witch and so on. I felt that being a woman could be dangerous. I learnt I had to be beautiful but not too much, sensual and attractive but not too much, smart but no too much, being me but not too much (and so on). Today I have enough of all this, enough of this fear in my belly and the frustration of not daring to be me (because of fear). F***, f*** to all these memories. And thank you fear for reminding me how much I desire to live! And for me living also means dancing in this woman’s body, dancing my beauty, dancing my dreams, dancing my fears, my clumsiness and my mistakes, dancing my life!

Marion – Les Émerveilleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.